Bilan d'un an de travail post-Assises culturelles à Mersch

200 personnes écoutant Jo Kox, dans la grande salle du Mierscher Kulturhaus à Mersch
Photo: Trash Picture Company

Ils étaient moins de la moitié de ceux qui avaient accouru il y a exactement un an au Grand Théâtre. Samedi 1er juillet, le «monsieur Assises culturelles» Jo Kox et le ministère de la Culture avaient convié le monde culturel au Mierscher Kulturhaus pour faire le bilan d'un an de travail post-Assises culturelles et annoncer la suite des travaux. Presque 300 personnes avaient participé aux «ateliers du jeudi» thématiques organisés par Jo Kox à travers le pays sur toute une année. Quelque 200 intéressés, artistes, acteurs, mais surtout représentants d'institutions et d'associations culturelles, ont voulu connaître le bilan et savoir la suite de ce gigantesque état des lieux de la culture au Luxembourg.

La gouvernance, le cadre légal, l'éducation à et par la culture, le développement des publics et l'économie de la culture furent quelques-uns des thèmes abordés par Jo Kox. La feuille de route prévoit, pour l'automne, une analyse approfondie et une restructuration des missions et de la politique de subventionnement du ministère de la Culture, la création d'un Arts council sur le modèle de ProHelvetia par exemple, une analyse du fonctionnement du secteur conventionné et un workshop centré sur les centres culturels régionaux.

Avec, samedi, ce constat aussi bien de l'audience que de l'intéressé lui-même: jusqu'ici, le bilan des Assises culturelles fut un one-man-show de Jo Kox, certes apprécié, mais sans pouvoir décisionnel. Au ministère désormais, et surtout à ses responsables politiques, le ministre Xavier Bettel et son secrétaire d'État Guy Arendt (tous les deux DP, seul Arendt assistant à la séance de samedi) de reprendre le flambeau et d'assumer leurs responsabilités en prenant des décisions concrètes. Guy Arendt promit, en clôture de séance, que le ministère allait «commencer immédiatement à travailler» pour écrire ce fameux Plan de développement culturel, annoncé dans l'accord de coalition DP/LSAP/Verts de décembre 2013), qui devrait être présenté aux deuxièmes Assises culturelles, début juillet 2018 (trois mois avant les législatives). Dans la salle et dans le secteur en général, l'impatience grandit: il est temps d'agir, cela fait quatre ans que ce plan est annoncé. Quatre ans ressentis comme du temps perdu. 

Voir aussi http://www.land.lu/page/article/105/333105/FRE/index.html

josée hansen
© 2017 d’Lëtzebuerger Land